Un bout de ciel

Un bout de ciel
Journal spirituel au fil des saisons
ISBN : 9782712214098
Pages : 184
Collection : Hors collection
Section : Livres
Catégorie : BIOGRAPHIE RELIGIEUSE
Sous-Catégorie : Portrait / Témoignage
Parution : 2016-03-24
16,00 €

Description

Témoignage authentique, ce livre rassemble des morceaux choisis du journal spirituel de Sylvie Taurelle. Il exprime l’intensité de sa vie intérieure et méditative… parce qu’un jour son corps, son cœur et son esprit furent traversés par une force divine renversante et transfiguratrice. Il exprime un quotidien intime rythmé, au fil des saisons et des lieux, par le calendrier liturgique orthodoxe – confession à laquelle appartient l’auteur – un quotidien sous-tendu par ses activités d’écrivain et de peintre, et habité par ses passions pour la lecture, la musique (particulièrement la viole de gambe), l’art, la nature…
De l’ordre de l’écriture fragmentaire, véritable pèlerinage intérieur sur un ton poétique et mystique, cet ouvrage magnifique offre le témoignage d’une expérience spirituelle inscrite dans la chair des mots, comme chemin de vie avec ses certitudes et ses doutes, ses peines et ses joies, ses combats et ses grâces, comme le souffle d’un amour particulier pour l’Inattendu, « Celui » qui est en attente en chacun de nous. Dans la demeure intérieure : s’asseoir et veiller ; poser son âme sur l’Indicible.

POINTS FORTS

- Un nouvel auteur spirituel à découvrir d’urgence.
- Une écriture poétique souvent bouleversante.
- Un livre comme une source à goûter peu à peu, qui sera un bon compagnon de retraite spirituelle et de méditation.

L’AUTEUR

Après des études littéraires et philosophiques, puis un cursus aux Beaux-Arts et un diplôme d’architecte, son premier métier, Sylvie Taurelle vit une conversion profonde dans la chapelle d’un monastère orthodoxe dans le sud de la France. Elle décide alors de se consacrer à la peinture et à l’écriture. Elle est notamment l’auteur d’un recueil de poèmes : « Pierre écarlate du regard ».


« Dans l’aridité de notre désert intérieur nous marchons affamés, assoiffés, le regard tendu
vers cette étoile qui brille dans la nuit… »